Encore une allez-vous dire ? C’est clair ça ne soulève pas beaucoup d’intérêt (sauf pour les lecteurs de Amusées-vous bien sûr !). Encore un alignement de portraits d’un autre âge, c’est du déjà vu pensera-t-on… Pourtant, seules les personnes sensibles à l’histoire et plus particulièrement à l’histoire de France et ceux qui visitent fréquemment le Château de Versailles et le Trianon (et ils sont nombreux heureusement), sauront véritablement comprendre mon travail photographique sur un cliché de la reine Marie-Antoinette. Car au-delà de cette création d’art visuel, c’est la communication qui accompagne cette exposition qui lui donne toute son originalité. Par exemple lorsqu’elle apparaît provocatrice en Marianne, en bleu-blanc-rouge, on comprend toute la subtilité du message.

C’est en travaillant au Trianon que je me suis véritablement intéressée à Marie-Antoinette même si un an auparavant, on m’avait dédicacée le livre de Pierre de Nolhac sur la reine Marie-Antoinette.   Le relire après avoir travaillé au Trianon, c’est autre chose, on peut la resituer dans son quotidien et comprendre le “poids” de l’histoire.

J’ai aussi découvert une femme de caractère qui a su imposer ses goûts. On lui doit l’immense jardin anglais qui s’étale du Petit Trianon au Hameau de la Reine. Quand elle arrive à la Cour de France pour épouser Louis XVI, elle s’intéresse quelques années plus tard, à  un débat qui agite la haute société des pays d’Europe et qui concerne la création de jardins anglais. A côté des jardins dits à la française, on adopte de plus en plus le jardin anglais où le naturel a toute sa place. Ici on laisse la nature sculpter le paysage et on plante des essences vouées à traverser les siècles. Le jardin est agrémenté de bassins, de petits ponts, de petits bâtiments romantiques (rotonde, abris). Marie-Antoinette fait construire un belvédère au-dessus d’une petite grotte où parait-il elle aimait s’isoler.

Pour avoir eu le courage de braver les traditions de la Cour en y introduisant ce qu’on appelle aujourd’hui l’innovation, elle devait être dotée d’un sacré caractère !

Gagnez une invitation au vernissage de l’exposition avec le financement participatif sur Dartagnans.fr  jusqu’au 5 mars !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Menu