Trente-huit mille objets ont déjà été restaurés et sont prêts à intégrer leurs nouvelles vitrines dans le plus grand musée au monde dédié à une civilisation. Le coût est colossal : 1,1 milliard de dollars, dont plus de 750 millions de dollars viennent d’un prêt japonais de la JICA (Agence de coopération internationale japonaise), avec à la clé un programme de coopération égypto-japonais solide, note Khaled El-Enany, le très énergique ministre des Antiquités égyptiennes, en place depuis 2016. Au total, 24 000 m2 d’espaces d’expositions, une surface doublée par les réserves qui seront visitables.

Le point d’orgue restera la présentation de la totalité du trésor de Toutankhamon (5 000 objets) déployé sur 7 000 m2, ce qui représente, à lui seul, quasiment la surface totale de l’ancien musée avec ses 10 000 m2. Le ministre est fier d’annoncer que le pourcentage d’avancement des travaux est passé de 17 à 77 % en vingt-quatre mois, mais le tout devrait être définitivement achevé seulement d’ici 2020.

Le bureau du tourisme égyptien affichait un record en 2010 avec 14,7 millions de visiteurs, la ministre du Tourisme Rania Al-Mashat,  la première femme nommée en janvier 2018 à ce poste clé, espère dépasser en 2018 les huit millions de 2017, une estimation réaliste et encourageante selon elle, vu le contexte. Pour remonter la pente, plusieurs actions sont menées, parmi lesquelles la reprise de la politique des expositions à l’étranger, comme le rappelle Khaled El-Enany. 

En effet, trois grandes expositions ont eu lieu en 2017 : “Le monde fatimide”, au musée Agha Khan à Toronto au Canada, “Trésors engloutis”, au Musée d’art de Saint-Louis, aux États-Unis (présentée à l’IMA en 2015), “Toutankhamon. Trésors du pharaon d’or” au California Science Center de Los Angeles, qui a fait escale à Paris en 2019. Deux autres expositions pour la République tchèque et pour l’Allemagne sont prévues en 2019, et des négociations sont en cours pour des projets dans le monde arabe.

 «L’or des pharaons» du Grimaldi Forum (2018) s’inscrit dans cette dynamique.

Source : Extraits Article de Stéphanie Pioda, Gazette Drouot (2018).

Le futur Grand musée d’Egypte au Caire  est un bel exemple de coopération internationale entre 5 grands musées européens (dont le Louvre).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Menu